Pétition : Les nouveaux OGM doivent être strictement étiquetés et réglementés !
Publié le 27/04/2022

La Commission européenne a rouvert le débat sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) avec une récente consultation publique : un nouveau cadre juridique pour les nouveaux OGM est envisagé, les excluant des processus d’approbation et des évaluations de risques actuels. Signez notre pétition pour demander aux décideurs français et européens de maintenir les contrôles de sécurité, la transparence et l’étiquetage pour tous les OGM sur le marché !

Les nouveaux OGM sont des OGM et doivent être réglementés en tant que tels, conformément au principe de précaution, faire l’objet d’une évaluation stricte de leur sécurité et être étiquetés comme génétiquement modifiés, afin de garantir la transparence pour les citoyens et les agriculteurs.

Des recherches supplémentaires doivent être menées sur les risques des nouveaux OGM pour l’environnement, la biodiversité et la santé, sur leurs impacts socio-économiques pour les agriculteurs et le système alimentaire, et sur le développement de méthodes de détection.

La France et l’Union européenne doivent promouvoir et soutenir de véritables solutions pour une agriculture durable, résiliente au changement climatique et respectueuse de la biodiversité, comme les pratiques agroécologiques et l’agriculture biologique et paysanne, et protéger l’autonomie des agriculteurs et leurs droits aux semences en s’opposant aux brevets sur les semences.

Nous demandons instamment à notre gouvernement et aux eurodéputés français d’adopter une position ferme contre toute tentative d’exclure les nouveaux OGM des réglementations européennes existantes sur les OGM et de maintenir les contrôles de sécurité et l’étiquetage obligatoires afin de garantir la sécurité de nos aliments, la préservation de la biodiversité et notre liberté de choix.

Quels sont les enjeux ?

Les grandes entreprises chimiques et semencières veulent utiliser les nouvelles techniques de manipulation du génome (dites « édition du génome » pour les rendre vendeuses) pour imposer des aliments génétiquement modifiés – les nouveaux OGM – dans nos champs et nos assiettes sans que nous en soyons informés.

Ces entreprises font pression sur la Commission européenne depuis des années pour exclure les nouveaux OGM de la réglementation européenne sur les OGM, en se cachant derrière des fausses promesses sur la faim dans le monde, la durabilité, la réduction des pesticides et le climat. Or, les nouveaux OGM ne sont ni plus durables ni plus à même que leurs prédécesseurs transgéniques de s’adapter aux changements climatiques et de sortir de la dépendance aux pesticides. Ils représentent par contre les mêmes dangers. De même, les plantes tolérantes à des pesticides, génétiquement modifiées pour produire et/ou absorber des pesticides chimiques, ne feront qu’accroître les conséquences néfastes de la contamination de l’environnement par ces substances dévastatrices pour la biodiversité. De plus, les brevets protégeant les semences conçues avec ces techniques constituent une intolérable appropriation du vivant, avec comme seule et véritable motivation l’augmentation des profits des actionnaires des sociétés qui les détiennent. Une telle mainmise de l’industrie sur les semences menacerait sérieusement, non seulement les droits et l’autonomie des agriculteurs en matière de semences, mais aussi la biodiversité agricole dans son ensemble. Sans parler de la menace de contamination par des OGM qui pèserait sur les cultures, notamment en agriculture biologique.

Selon les règles actuelles, tous les OGM sont soumis à une autorisation de l’Union européenne après évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement, à une obligation de transparence et de traçabilité pour les producteurs et d’étiquetage pour les consommateurs. La Commission européenne travaille à exclure les nouveaux OGM des législations européennes existantes sur les OGM. La déréglementation des nouveaux OGM empêcherait les agriculteurs, les producteurs de denrées alimentaires, les détaillants et les citoyens d’opter pour des choix sans OGM. Nous avons le droit de décider ce que nous mangeons et ce que nous faisons pousser dans nos champs !

épis de blé
abeille butinant fleur
chou rouge

Une alliance européenne

Une alliance de plus de 50 organisations dans 15 pays différents de l’UE gère et soutient cette pétition. Sur cette page, le compteur de la pétition indique le nombre total de signatures recueillies par nos différentes organisations partenaires. Vous pouvez signer et partager la pétition jusqu’au 20 novembre 2022 !

Si vous souhaitez en savoir plus sur les nouveaux OGM et les risques qu’ils représentent, veuillez consulter notre brochure.


Voir plus d'actualités