Abattage à la ferme: vers une autorisation?

Pour un éleveur ou une éleveuse soucieux.se du bien-être animal, pouvoir accompagner les animaux dans la dignité jusqu’à la fin de leur vie est aussi important que de leur offrir les meilleurs soins tout au long de leur existence. En France, si la règlementation n’autorise pas encore l’abattage à la ferme, plusieurs initiatives encadrées voient le jour et laissent espérer une évolution de la règlementation en adéquation avec les attentes des consommateurs en matière de respect animal.

Qu’est-ce que l’abattage à la ferme ?

Il s’agit de mettre fin à la vie des animaux sur le lieu où ils ont été élevés. Les carcasses sont ensuite acheminées dans les 45 minutes qui suivent l’abattage vers un abattoir chargé d’assurer l’éviscération et la découpe selon les normes d’hygiène en vigueur. Il existe deux grands types d’abattage à la ferme : abattage en caisson mobile et abattage au tir.

L’abattage en caisson mobile nécessite un camion qui circule de fermes en fermes pour ensuite transporter les carcasses vers l’abattoir. Bien que ce système soit coûteux, c’est souvent l’option qui est préférée car la plus simple à mettre en œuvre. Cette forme d’abattage à la ferme a été mise en place avec succès en Suède par exemple.

L’abattage au tir peut se faire de différentes manières :

  • Tir au pâturage, qui convient bien pour les animaux qui ont peu de contact avec les humains.
  • Tir en enclos extérieur, moins risqué que le tir au pâturage et particulièrement adapté pour les animaux calmes, qui ont l’habitude de fréquenter les enclos. Cette méthode est utilisée en Suisse et en Allemagne notamment.
  • Tir dans un bâtiment de la ferme, qui présente encore plus d’avantages en termes d’hygiène et de sécurité. Cette option est bien adaptée pour les cochons, les moutons et les vaches.

Les avantages de l’abattage à la ferme

Un plus grand respect animal est bien sûr l’avantage le plus évident de l’abattage à la ferme, qui apparait comme une suite logique de l’élevage bio ou Demeter. Le transport vers les abattoirs est très stressant pour les animaux, particulièrement pour ceux qui ont passé leur vie presque toujours en extérieur. S’il existe encore des petits abattoirs de proximité en France, le phénomène de concentration des abattoirs dans certains secteurs géographiques (1 200 abattoirs en 1970 pour 263 en 2016) entraine un temps de transport plus important pour les animaux. Il en découle une augmentation de la cadence des abattages, avec une dégradation des conditions de traitement des animaux et de travail des salariés des abattoirs.
Au contraire, l’abattage à la ferme est en adéquation avec le souhait des éleveurs.ses bio et Demeter d’offrir une fin de vie aux animaux en cohérence avec le mode d’élevage. Des projets pilotes récents montrent que l’abattage à la ferme occasionne moins de stress pour l’animal. La fin de vie se déroule dans un lieu connu de l’animal, dans la dignité. Par ailleurs, les éleveurs.ses peuvent à nouveau mieux maitriser la fin de vie de leurs animaux.
Enfin, une étude menée en 2015 par l’université de Kassel en Allemagne montre l’impact positif de l’abattage à la ferme sur la qualité de la viande. « Les teneurs en lactates confirment que les facteurs de stress pre-mortem sont extrêmement bas lors de l’abattage au pâturage. Cela a été confirmé dans deux fermes allemandes par une thèse de doctorat faite à l’université de Kassel – aussi pour des bêtes qui étaient entourées de congénères de leur troupeau au moment du tir. La viande présente en outre grâce à l’abattage au pâturage de meilleures valeurs pour les paramètres de tendreté, de couleur et de capacité de rétention de l’eau. » (source FIBL Suisse: https://www.fibl.org/fr/infotheque/message/l-abattage-au-paturage-est-enfin-legalement-autorise.html)

La règlementation en France et en Europe

La règlementation européenne EC 1099/2009 art. 14 §3 permet l’adoption de dispositions propres à chaque pays concernant les abattoirs mobiles, la Suède ayant par exemple déjà légalisé ce mode d’abattage.

En France, l’abattage des animaux doit obligatoirement être effectué en abattoir. Il existe quelques exceptions à cette règle, essentiellement pour les animaux non destinés à la vente (autoconsommation) et pour les volailles, lapins et lièvres commercialisés en vente directe. Ces derniers peuvent être abattus à la ferme dans la limite maximum de 10 000 animaux abattus par an ou 50 par jour. Depuis le 15 avril 2019 cependant, le décret n°2019-324 marque une première évolution positive en permettant l’expérimentation de l’abattage à la ferme en France pour une durée de 4 ans, dans le cadre d’initiatives encadrées et déclarées.

Le respect animal et l’abattage dans les cahiers des charges Demeter

Les cahiers des charges Demeter sont parmi les plus exigeants et les plus complets en matière de bien-être animal. Nous interdisons quasiment toutes les mutilations (écornage, coupe des becs, limage des dents notamment), et tolérons uniquement les castrations des porcs et bœufs dans la mesure où l’animal ne souffre pas lors de l’intervention.
Les animaux élevés sur les domaines Demeter doivent avoir un accès à l’extérieur. Ils sont nourris avec une alimentation adaptée à leur espèce, 100% bio, principalement de qualité Demeter et majoritairement produite sur la ferme où ils sont élevés.

En ce qui concerne l’abattage des animaux Demeter, la distance entre l’abattoir et la ferme doit être la plus courte possible, 200 km étant le maximum retenu. Les animaux doivent avoir suffisamment d’eau, de nourriture, d’ombre et d’espace s’ils doivent patienter avant l’abattage. Les agriculteurs et agricultrices Demeter suédois, suisses, allemands et autrichiens ont aujourd’hui la possibilité d’aller plus loin dans le respect animal car l’abattage à la ferme est autorisé dans leur pays.

L’abattage à la ferme est en totale cohérence avec notre approche de l’élevage et du respect animal. Nous voyons ce mode d’abattage comme une solution innovante à soutenir, autant pour le bien-être animal, l’indépendance des éleveurs que pour le développement de la vente directe.

Enjeux et perspectives

La Commission Européenne a proposé une modification de la législation en vigueur sous la forme d’un acte délégué dont la validation est prévue ce printemps 2021. Cette modification devrait aboutir à une évolution de la règlementation dans les semaines suivant son adoption, sous réserve de son autorisation par les autorités compétentes au niveau national. Cependant, cette modification ne permettrait l’abattage à la ferme que pour les animaux présentant des risques lors du transport vers l’abattoir, se limitant donc à certaines espèces animales (les chèvres et les moutons sont exclus par exemple). Par ailleurs, elle impose la présence systématique d’un vétérinaire lors de l’abattage.

Pour que l’abattage à la ferme devienne une vraie alternative possible pour tous les éleveurs et éleveuses français et européens, plusieurs évolutions nous semblent nécessaires :

  • Harmonisation de l’approche au niveau européen avec renforcement de la base juridique actuelle pour permettre l’abattage à la ferme dans tous les pays et pour tous types d’animaux
  • Soutien technique et économique, particulièrement au début de la mise en place des projets pour développer les infrastructures nécessaires
  • Renforcement des petits abattoirs locaux, essentiels pour assurer la continuité de l’abattage à la ferme et pour la commercialisation en vente directe

Clara Behr, chargée d’affaires politiques et de relations publiques, suit de près ce dossier pour la Biodynamic Federation Demeter International, structure qui fédère les associations Demeter et les associations biodynamiques nationales depuis début 2020.

Pour aller plus loin :

L’abattage à la ferme autorisé en Suisse: https://www.fibl.org/fr/infotheque/message/ameliorer-le-bien-etre-animal-avec-l-abattage-a-la-ferme-et-au-paturage.html

Quelques initiatives en France:
Association Quand l’abattoir vient à la ferme, comptant plus de 2000 adhérents: Quand l’abattoir vient à la ferme « ~ Naître, vivre et mourir à la ferme ~ (wordpress.com)
Projet d’Emilie Jeannin en Bourgogne: https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/07/31/les-projets-d-abattage-mobile-a-la-ferme-connaissent-un-coup-d-accelerateur_6047804_3244.html
Pour l’abattage à la ferme en Loire-Atlantique et Vendée: https://www.aalvie.com/