Exposition photo de Jérôme Genée

Instants de vignes, biodynamie dans le Jura
La mise en valeur d’un patrimoine avec des gestes simples

20151204_113812-2Jérôme Genée, photographe de reportage, exposera ses photos prises sur des domaines viticoles en biodynamie dans le Jura lors du Salon International des Vins Demeter d’Angers, les 6 et 7 février 2017.

Il proposera également à la vente son ouvrage Instants de vignes, biodynamie dans le Jura.

 

 

« Au départ, ce sont les caves qui m’ont sauté aux yeux, des tonneaux, des foudres, des vitraux et des bouteilles… Du bois, de la pierre et du verre… Des couleurs et des lumières… Des lumières fortes ou affleurantes… Ensuite ce sont des discutions… Des mots et des termes… barbares? Bouses de corne, 500 et 500P, cornes de silice, tisanes de prêles, nœuds lunaires, biodynamie. Au final ce sont des gestes, des gestes de gens qui vivent de la vigne et la font vivre. Des hommes qui défendent une culture et non un business, qui vivent et qui font vivre beaucoup d’autres hommes et de femmes. La biodynamie réclame beaucoup de main d’œuvre, pense à la plante mais aussi aux générations futures. Alors je m’y suis attardé: deux ans à parcourir les vignobles jurassiens, à écouter des hommes et des femmes heureux de ce qu’ils font et surtout à capter leurs gestes, leurs actes pour aider la nature à montrer ce qu’elle a de plus grand, pour transformer un simple petit grain en un produit de culture de renommée mondiale.

Photographe depuis 1990,je couvre des évènements sportifs du monde de la moto puis du VTT. Je me consacre aux sports de l’extrême et d’aventure. Parallèlement,les sujets s’étoffent: sportifs, toujours, mais aussi sociologiques, environnementaux,… Prenant plaisir à rencontrer et à photographier ce que la nature produit mais aussi ce que l’homme transforme, je capte les gestes et les émotions des « gens » des terroirs. Pour sortir des sentiers battus, je préfère m’intéresser à la jeunesse investit dans son patrimoine. Je vise à rester émotif et à établir une communication intense avec les gens que je photographie. Et quoi de mieux qu’un ultra grand angle ? L’objectif à vingt centimètres de l’œil ou de la main oblige à un rapport intense avec son sujet et en même temps l’intègre à son paysage, à son ouvrage. Depuis mes débuts, j’ai sacrifié le discours des images uniques et me suis attardé à soigner le montage de mes séries photographiques. Je creuse ainsi en profondeur les thèmes que j’aborde, m’imprègne des lieux qui m’entourent et me synchronise sur le rythme de vie des gens. »
Jérôme Genée.

Plus d’informations sur le site de Jérôme Genée.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page